L'aube fleurie

L'aube fleurie

Au-delà de l'image...

 

 

Nous ne connaissons jamais vraiment l’autre. Nous ne saisissons de lui (d’elle), qu’une facette de sa personnalité, celle qui nous ressemble le plus, ou celle à laquelle nous aimerions ressembler le plus.

Nous devrions accepter l’autre avec toutes ces facettes qui font sa personnalité, y compris celles que nous aimons moins, celles qui nous dérangent, voire nous choquent. Ne pas le faire, c’est enfermer l’autre dans un rôle, un rôle qui ne reflètera pas la totalité de son être, ce qu’il est au plus profond de lui, ce qui fait son authenticité. Car il aura peur de se montrer à vous sous son vrai jour.

 

Un homme sage peut rire aux éclats, chanter à tue-tête, danser la salsa.

Une danseuse de cabaret peut avoir l’âme d’un poète et posséder le secret des mots qui guérissent.

Un astronome chevronné peut avoir l’âme d’un esthète et s’émerveiller de la beauté et de la perfection d’un simple coquelicot.

Un homme solitaire et taciturne peut abriter en son cœur cette étincelle divine qui peut vous hisser jusqu’aux étoiles.

 

Ne nous arrêtons jamais à l’image,

regardons au fond des yeux,

écoutons les silences entre les mots,

entre les chants,

entre les danses,

entre les rires…

C’est là que se trouve l’âme de cet autre,

si différent de nous,

qui nous ressemble si étrangement,

si éloigné de nous

et pourtant si proche…

 

Martine PV



24/10/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres