L'aube fleurie

L'aube fleurie

Aucune frontière

 

 

 

Quand on séveille enfin à la claire compréhension

Et que l'on sent qu'il n'y a aucune frontière,

Qu'il n'y en a jamais eu,

On se rend compte qu'on est tout.

Les montagnes, les rivières,

L'herbe, les arbres, le soleil, la lune, les étoiles,

Et l'univers enfin

Ne sont autres que nous-mêmes.

Rien ne nous distingue,

Rien ne nous sépares les uns des autres.

L'aliénation, la peur, la jalousie, la haine

Sont évanouies.

On sait, en pleine lumière,

Que rien n'existe en dehors de soi,

Que par conséquent, rien n'est à craindre.

Etre conscient engendre la compassion.

Les gens et les choses

Ne sont plus séparés de nous

Mais sont au contraire comme  notre propre corps.

 

Genpo Sensei

 



07/05/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres