L'aube fleurie

L'aube fleurie

Avenir

 

 

 

AVENIR

 

 

 

       Un richissime homme d'affaires de quarante ans, réputé sérieux, solide, entreprenant et rationnel, traverse une grosse crise existentielle et décide un jour, sur un coup de tête, de consulter une voyante.

 

    Timidement et pas très fier de lui, il pénètre donc dans le cabinet de la cartomancienne, l'une de ces habiles arnaqueuses qui n'ont de voyante que le nom, mais dont quelques clients satisfaits lui ont vanté les mérites. La pièce est plongée dans la pénombre, seulement éclairée par quelques bougies à la lueur vacillante, et ornée, dans le plus pur style ésotérique, de bibelots et de gadgets étranges, voire fantasmagoriques. Sur l'invitation de la visionnaire, il s'assied anxieusement sur la chaise qu'elle lui désigne. Puis elle s'assied à son tour, en face de lui, de l'autre côté du superbe bureau en acajou qui les sépare.  Patiemment, il attend, inhabituellement passif et dépendant.

    La dame, consciente de son pouvoir, prend son air mystérieux, en même temps qu'un paquet de cartes, qu'elle étale sur la table devant elle, avec autant d'application et de délicatesse que si ces dernières étaient faites de cristal rare. Puis elle commence :

-          Je vois un avenir...

Elle n'a pas le temps d'aller plus loin dans ses investigations que la voix de son client, qui vient de retrouver son assurance, l'interrompt :

-          Je tiens à vous dire tout de suite que je ne veux pas connaître mon avenir mais mon présent.

Elle relève alors la tête et d'un air surpris, répète après lui, pour s'assurer qu'elle a bien compris :

-          Vous voulez connaître votre présent, pas votre avenir ?

-          Oui, c'est bien ça, réaffirme-t-il.

Interloquée, elle regarde l'homme fixement, essayant de comprendre, puis tente d'en savoir plus :

-          Attendez...je ne comprends pas très bien...

-          C'est pourtant simple, insiste l'homme, je ne veux rien savoir de mon futur, par contre, je veux tout savoir de mon présent.

-          Non mais attendez, vous vous moquez de moi là. Votre présent, vous le connaissez aussi bien que moi.

-          Vous voulez mon argent, oui ou non ? fait-il en sortant une impressionnante liasse de billets de banque de sa poche, alors dites-moi ce que je veux savoir. Quelles sont mes pensées et pourquoi est-ce que je n'arrive pas à être celui que je veux être ?

 

    La voyante trouve ce client vraiment bizarre mais après tout, s'il veut qu'on lui parle de son présent, et payer pour ça... « Quand-même, il a l'air un peu louche. Il est plus prudent de lui réclamer son dû avant de commencer la séance », pense-t-elle.

-    Très bien, on paie d'avance.

-          Pas trop confiance en moi hein ! Tenez, voilà votre argent, fait-il en lui tendant le paquet entier de billets, et ne vous inquiétez pas, je suis clean.

La voyante prend un air de circonstance pour cacher son étonnement et sa joie à la vue de ce pactole inattendu, qu'elle range prestement dans un tiroir. Elle sait cependant, que son client, qui n'est pas un client ordinaire, et est un homme vraisemblablement intelligent et perspicace, a certainement capté  son regard de satisfaction avide. Elle se dit qu'avec lui, il va falloir la jouer fin et ne pas raconter n'importe quoi. Prenant une grande inspiration, consciente du regard insistant et attentif posé sur elle, elle commence :

-          Vous êtes angoissé.

En lui faisant cette affirmation, elle ne risque guère de se tromper, vu que la moitié des clients qui passent la porte de son cabinet, sont des personnes tenaillées par l'angoisse. Voyant que l'homme est tout ouïe, le regard rivé sur elle, visiblement impatient d'en savoir plus, et ne la détrompe pas, elle ajoute :

-          Vous êtes tellement inquiet à l'idée de devenir celui que vous ne voulez pas être ou à échouer à être celui que vous souhaitez être, que vous avez peur que je vous en dise plus sur votre avenir. Vous ne voulez pas découvrir votre image future, vous la redoutez terriblement, vous craignez qu'elle ne soit diamétralement à l'opposé de ce que vous espérez.

-          C'est ça ! C'est exactement ça ! s'écrie-t-il alors, l'air soulagé et heureux de celui que l'on vient de libérer d'un grand poids.

Après quelques secondes, il demande :

-          Alors, que dois-je faire ?

-          Accepter cette évidence. En tout premier lieu, accepter que jusqu'à ce jour, vous aviez peur de vous-même. Ensuite, ne plus hésiter. Vous êtes à une période charnière de votre vie. Vous avez une décision importante à prendre, une décision qui engagera toute votre existence.

Etonné et ravi par tant d'à propos, l'homme acquiesce d'un signe de tête. Alors la voyante s'enhardit :

-          Vous avez en vous un énorme potentie,l dont jusqu'à ce jour vous étiez parfaitement conscient. Et vous étiez quelqu'un de volontaire. Mais quelque chose vient de se produire qui a tout remis en question. Vous avez le désir de changer, de devenir quelqu'un d'autre, mais vous vous sentez perdu, car cette image de vous ne correspond plus à ce que vous étiez jusqu'à ce jour. Et vous avez l'impression que votre volonté s'est émoussée. Vous avez la sensation de vous trouver dans un tunnel et de ne savoir vers quel bout vous diriger pour en sortir. 

L'homme est bouche-bée, émerveillé par tant de clairvoyance.

La voyante poursuit :

-          Vous savez ce que vous ne voulez plus être et vous êtes certain de ce que vous voulez être à partir de maintenant. Alors n'ayez plus peur et allez de l'avant. Ecoutez votre intuition. Dans les moments de doute sur vous-même, c'est votre plus fidèle amie.

-          Merci, fait-il, réussissant mal à cacher son émotion, c'est tout ce que je voulais savoir.

Aussitôt il se lève, serre la main de la voyante, fait demi-tour et avant même que cette dernière fasse le geste de le raccompagner, il se précipite vers la porte et sort en courant, mû par une impulsion soudaine.

 

La voyante n'aura plus jamais la visite de ce client étrange.

 

 

Ò

 

    Ce que l'homme d'affaires est venu chercher chez la voyante est ni plus ni moins qu'une confirmation de ce qu'il sait déjà intuitivement, et un encouragement à faire ce que, en son for intérieur, il a déjà décidé de faire. Mais il a besoin de l'entendre de la bouche d'une tierce personne, quelqu'un de parfaitement étranger à sa vie, quelqu'un d'anonyme capable de sonder les profondeurs de son âme sans que cela porte à conséquence ni ne nuise à sa réputation. Mais il faut aussi qu'il puisse suffisamment douter des compétences de cette personne pour que ses conseils laissent une large part à l'interprétation personnelle. En d'autres termes, l'homme souhaite recevoir des conseils tout en gardant le pouvoir de les suivre ou de les rejeter ou bien encore d'en suivre quelques-uns et d'en rejeter quelques autres. Il souhaite une aide extérieure à la limite du surnaturel, tout en se réservant le droit de la refuser ensuite, sous prétexte d'irrationalité.

 

   Comme bon nombre de personnes confrontées à une situation de blocage dont ils ne voient plus aucune issue possible, cet homme préfère se tourner vers une professionnelle de l'avenir qui, l'espère-t-il, lui en apprendra un peu plus sur lui-même. Il est tellement plus facile d'interroger l'avenir que de se situer par rapport au présent ! En agissant ainsi, il n'a pas conscience du fait que, paradoxalement, connaître l'avenir nous ramène invariablement au présent. Car ce que nous serons demain découle de ce que nous décidons d'être et de faire aujourd'hui. C'est cette évidence que l'homme d'affaire réalise, à la dernière minute, et qui lui fait si peur : constater, si toutefois la voyante est capable de lui prédire ce qu'il sera devenu demain, que son désir présent ne sera pas réalisé dans le futur.

 

   Combien sommes-nous aujourd'hui à placer notre espoir en l'avenir, alors que nous ne faisons pas le moindre effort pour améliorer notre présent ? Pourtant, nous savons bien que cet avenir dépend essentiellement de ce que nous décidons d'être aujourd'hui et des efforts que nous faisons pour y parvenir. Il n'en demeure pas moins que nous préférons parler, voire même philosopher sur l'avenir, que nous attarder sur le présent. La preuve en est qu'il existe une pléthore de formules, de locutions et de métaphores, dans lesquelles on trouve le mot avenir : « penser à son avenir ; faire des projets d'avenir » ; l'avenir nous le dira ; « tenir son avenir entre ses mains ; la femme est l'avenir de l'homme». En revanche, qui nous a jamais dit : « pense à ton présent » ou : « tu tiens ton présent entre tes mains » ou bien encore nous a chanté : « la femme est le présent de l'homme » ?

 

  C'est comme si nous préférions palabrer des heures entières sur l'avenir, pour oublier ce présent dont nous sommes si peu fiers, ce présent dans lequel, lâchement, nous prenons soin d'éviter tout ce qui nous obligerait à être fidèles à nous-mêmes, car cela entraînerait beaucoup trop de changements. Il en coûte finalement très peu de faire des projets d'avenir. L'avenir est si lointain, si aléatoire, si dépendant des intempéries contre lesquelles nous sommes si impuissants ! S'occuper du présent nous engage bien davantage. Cela nécessite de notre part des actes concrets et immédiats qui parlent de qui nous sommes vraiment. Cela nous oblige à nous montrer à visage découvert à la face du monde.

 

   Nous ne pouvons pas vivre sans nous projeter dans l'avenir, d'ailleurs, le présent n'est-il pas par nature éphémère et insaisissable ? On a à peine fini de prononcer un mot que ce mot ne fait déjà plus partie du présent mais se trouve déjà dans le passé. Mais ce n'est pas une raison pour tout axer sur le futur, ce futur qui lui, n'est pas encore là. Car ce n'est pas dans l'idée du futur que nous avons la sensation d'être vivant mais bien dans l'instant présent.

    Notre force et notre pouvoir sur notre vie résident dans le fait de ne pas mettre notre présent au service de l'avenir mais notre avenir au service du présent. Il ne s'agit pas d'égoïsme ou d'indifférence envers les générations futures, mais de simple bon sens. Mettre nos projets d'avenir au service du présent signifie ceci : celui que nous avons décidé d'être demain, c'est cet être que nous devons commencer à être aujourd'hui même. Et les fruits produits par ces efforts  nourriront l'avenir. Se servir de nos projets d'avenir pour nourrir le présent, lequel, à son tour, nourrira l'avenir. La boucle est bouclée. On constate alors, qu'en réalité, le temps n'existe pas : il n'y a pas de passé, pas d'avenir, pas de présent. Ou s'il existait et qu'il faille lui donner un nom, ce nom serait présent, car c'est le seul qui importe vraiment, c'est le seul sur lequel nous ayons prise.

 

   Vivre chaque instant pleinement et faire en sorte que sa vie soit le plus possible en adéquation avec ses désirs profonds. L'avenir, y penser, bien sûr, mais beaucoup plus comme à une récompense pour ce que l'on aura réussi à faire de son présent.

 

Martine PV

      



09/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres