L'aube fleurie

L'aube fleurie

Aventurier de l'étincelle

 

Mystère de la fleur qui s’ouvre au soleil et se ferme à la nuit,

Mystère de la rivière qui court toujours dans la même direction,

Mystère des marées,

Mystère des saisons,

Mystère des fonds marins,

Mystère des nuages,

Mystère du vent qui fait frémir le feuillage, qui caresse les blés et soulève les flots,

Mystère de l’infiniment petit qui se cache à nos yeux d’humains,

Mystère de l’infiniment grand non encore exploré,

Mystère des lointaines galaxies,

Des étoiles inconnues,

Des possibles vies, ailleurs…

Mystère de l’univers.

Mystère de la création,

Mystère du Big-bang,

Mystère des trois dimensions de l’espace,

Mystère du temps,

Mystère des anges et des archanges,

Mystère de Dieu…

 

Mais il est un mystère plus grand encore,

Peut-être le plus grand de tous :

L’homme,

Qui refuse les mystères,

Qui voudrait tout expliquer, tout maîtriser,

Jusqu’au rythme des saisons,

Jusqu’au lever du soleil,

Au cours des rivières,

Au souffle du vent…

 

Mystère de l’instinct,

Mystère de l’air dans nos poumons,

Mystère du sang qui coule en nos veines,

Mystère de la formation de nos muscles et de nos os,

Mystère de nos pensées qui vont et viennent, comme des papillons attirés par la lumière,

Mystère de notre cœur qui palpite plus fort à l’appel d’un autre cœur,

Mystère de soi quand l’ombre est si épaisse qu’elle nous cache notre essentiel,

Mystère de nos silences,

Mystère de nos absences,

Mystère de nos désillusions, de nos abandons,

Quand notre cœur, lui, nous dit d’aimer.

Mystère de notre intuition,

Mystère de l’homme qui trahit ceux qui l’aiment parce qu’il a lui-même peur d’aimer,

Mystère de l’homme qui se cherche au-delà,

Au-delà de la vie,

Au-delà de la mort,

Au-delà de l’amour,

Au-delà de lui-même,

Aventurier de l’étincelle…

Et qui revient déçu, chaque fois,

Parce qu’il pense qu’elle s’éteint toujours…

Alors qu’elle est encore là,

Dans chaque rayon d’amour,

Troublant son regard de poète.

 

Car tout homme est poète,

Qui fait d’un mystère un chant d’amour,

Sans s’inquiéter de ne pouvoir l’expliquer,

De n’en connaître l’origine ni la limite.

 

Tout homme est grandiose

Dans l’acceptation de ne pouvoir tout maîtriser,

L’humilité de l’accepter,

L’émerveillement de pouvoir cependant en saisir la beauté.

 

Tout homme est riche qui se sait pauvre de connaissances,

Mais armé du désir d’apprendre et du respect de la vie.

 

Tout homme peut trouver la sérénité en sa propre vérité,

S’il admet que l’amour,

Cette mystérieuse et puissante énergie à l’origine du grand tout,

Ne peut être mesuré ni compté,

Mais qu’il lui est gracieusement offert,

Tout simplement,

De le vivre.

 

M

 

 



01/07/2013
1 13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres