L'aube fleurie

L'aube fleurie

Caresse à l'âme... / Caress at the soul

 ange et colombe.gif

 

Comme je méditais en mon être profond,

Un doux frémissement, soudain, m’a soulevée,

Une lueur nacrée a balayé mon front,

Un parfum envoûtant m’a taquiné le nez.

 

Pendant un court instant, mon esprit a volé

Vers ces immensités que l’on ignore encore.

Bienheureux sentiment de l’amour partagé,

Qui court dans la vallée, qui enflamme l’aurore…

 

Etrange certitude, éternelle et sans voix,

Qui ne vit qu’en nos cœurs, quand ils croient au destin,

Douce béatitude, empruntée cette fois,

A l’insolent bonheur éprouvé ce matin.

 

Un doux chuchotement, au timbre printanier,

A fait taire un instant le bruissement des feuilles,

Qui valsent éperdument dans l’automne endeuillé

Et s’échouent lentement sur l’herbe et sur les seuils.

 

J’ai perçu nettement  ce qu’Il m’a murmuré :

«Ne crains pas pour demain, tout sera comme il doit,

Et souris maintenant, tous vos pleurs vont cesser,

Aie confiance en tes mains qui désirent donner. »

 

C’est pourquoi aujourd’hui, je vous offre ces mots.

Peut-être pourront-ils effacer votre peur,

Adoucir  vos soucis, alléger vos fardeaux,

Peut-être sauront-ils éclairer votre cœur ?

 

Car les siens, sans nul doute, ont ravivé le mien,

Effacé ma tristesse, allumé mon espoir.

Je reprendrai la route et n’entendrai plus rien

Que la douce caresse abolissant le noir,

 

Qu’est sa voix de velours appelant mon éveil,

Surprenant ma raison, troublant ma déraison,

M’aspergeant d’un amour à nul autre pareil,

En une eau tourbillon s’écoulant à foison.

 

Si vous pouviez sentir un instant sa présence,

Vos yeux pétilleraient d’une douce folie.

Nulle crainte du pire ni de sombre souffrance

Jamais ne reviendrait assombrir votre vie.

 

Vous goûteriez l’ivresse en l’exquise candeur

De pouvoir croire enfin en l’Un de toutes choses,

La divine caresse à l’âme et dans vos cœurs

Couvrirait vos chemins de pétales de roses…

 

 

 M

 

 

 

As I meditated in my innermost being,

A mild tremor suddenly lifted me,

A pearly glow swept my forehead,

A bewitching scent teased my nose.

 

For a brief moment, my mind flew

To the vastness that is still unclear.

Blessed feeling of love shared,

Which runs through the valley, which ignites the dawn ...

 

Strange certainty, eternal and voiceless,

Who lives in our hearts, when they believe in fate,

Sweet bliss borrowed this time

At the insolent happiness experienced this morning.

 

A soft whisper, patch spring,

Silenced for a moment the rustle of leaves,

Waltzing madly fall in mourning

Before falling slowly on the grass and on the thresholds.

 

I clearly perceived what He whispered:

"Don’t be afraid for tomorrow, everything will be as it should,

Smile, now all your tears will stop,

Have confidence in your hands wishing to donate. '

 

That is why today, I offer these words to you.

Maybe they can erase your fear,

Soften your troubles, ease your burdens,

Maybe they will enlighten your heart.

 

As his own, no doubt, have revived mine,

Deleted my sadness, turned my hope.

I will take the road and will not hear anything

But the gentle caress abolishing black,

 

What is his velvety voice calling my awakening,

Troubling my reason and my unreason,

Spraying me with wonderful love like no other,

A water vortex flowing in abundance.

 

If you could feel his presence a moment,

Your eyes would sparkle like gentle madness.

No fear of worse pain or dark

Would never darken your life.

 

You would taste drunkenness in exquisite candor

Finally able to believe in the One in all things

Divine caress at the soul and in your hearts

Would cover your path with rose petals ...

 

 

 

 





18/11/2012
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 148 autres membres