L'aube fleurie

L'aube fleurie

Ce cri à l'intérieur

 

Ce cri à l’intérieur ! Cette houle impuissante !

Douleur ô ma douleur, emmène-moi valser

Et dilue ton ardeur dans cet air endiablé

Des notes de mon cœur perdu dans la tourmente.

 

Donne-moi le tempo d’une danse entêtante

Ou plus rien ne sera qu’un éther parfumé

Où renaîtra ma joie, dans l’aube abandonnée

À ce qui vit là-haut dans l’attente envoûtante.

 

Verse en mon âme ailée ces notes éternelles

Qui me feront rêver jusqu’à toucher le ciel,

Caresser les étoiles et m’habiller d’amour,

 

M’entourer de douceur, m’enrober de tendresse,

Subtil et précieux voile au toucher de velours,

Sur mon être épuisé d’étouffer sa tristesse.

 

MPV

 

 

 

 

 



28/01/2019
28 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres