L'aube fleurie

L'aube fleurie

Ce que l'on est, ce que l'on n'est pas

 

Ce que l’on est, ce que l’on n’est pas,

Ce que l’on tait, ce que l’on dit,

Ce que l’on fait, ce que l’on n’ose,

Ce que l’on promet, ce que l’on oublie,

Ce que l’on pense, ce que l’on sait,

Ce que l’on admet, ce que l’on nie,

Ce que l’on gagne, ce que l’on perd,

Ce que l’on abandonne et puis que l’on reprend,

Ce que l’on prend, puis que l’on abandonne,

Ce que l’on murmure, ce que l’on crie,

Ce que l’on étouffe, ce qu’on libère,

Ce que l’on cache, ce que l’on met dans la lumière,

Ce que l’on pardonne, ce que l’on retient,

Ce que l’on permet, ce que l’on refuse,

Ce que l’on justifie, ce que l’on condamne,

Ce que l’on ose, ce que l’on fuit,

Tout cela n’est rien, n’est que vapeur de rosée

Qui s’efface au doux soleil printanier.

Tout cela n’a vraiment aucune importance

Face à l’amour,

Qui pulvérise en un instant toute dualité éphémère,

Qui réconcilie l’ombre et la lumière,

Qui marie le noir et le blanc,

Qui transcende l’espace et le temps,

Qui n’a ni commencement ni fin

Qui est, de toute éternité,

Et qui une fois révélé en des cœurs éloignés

Les unit à jamais.

L’amour délie les chaînes d’acier

Que les hommes ont enroulées autour d’eux-mêmes,

Il les libère des fers qu’ils ont mis à leurs pieds,

Détricotent les fils barbelés de cette cotte de maille

Qu’ils s’obligent à porter.

L’amour libère en l’homme

Ce que l’homme rend esclave de lui-même.

Alors il le rend entièrement libre,

Réellement libre,

En tout son être.

Il l’invite à chanter,

À clamer cette nouvelle liberté,

Qui libère aussi les autres autour de lui ;

À retrouver le bonheur un instant égaré

Et baigner dans la sérénité de l’instant,

Sans souci de nouvel esclavage,

Son cœur ravivé,

Au soleil de l’été.

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



16/03/2019
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres