L'aube fleurie

L'aube fleurie

Chanson d'amour

 tableau surréaliste.jpg

 

Les vagues l’ont chantée, de toute éternité,

Cette chanson d’amour de la mer à la terre,

Le vent l’a fredonnée dans les longs peupliers,

De sa voix de velours surgissant de l’éther.

 

La rose l’a soufflée de son parfum sensuel,

Sur les jardins fleuris, sur l’eau et sur la pierre ;

Le papillon léger l’a dit à l’arc-en-ciel,

En son vol indécis, de parterre en parterre.

 

Les hommes l’ont clamée à leurs belles amantes,

Pour un sourire d’or et des yeux de velours ;

Les femmes l’ont rêvée en leur timide attente

D’un cœur vaillant et fort, pour elles plein d’amour.

 

Les marins l’ont hurlée, aux plus forts des brisants,

Quand la houle furieuse harcelait leurs bateaux ;

Les soldats l’ont pleurée aux feux de leurs tourments,

Quand les balles tueuses faisaient d’eux des héros.

 

Les mères abandonnées aux déserts suffocants

L’ont souvent chuchotée à leurs bébés mourants ;

Les enfants délaissés, dans les rues survivant,

L’ont pourtant chantonnée, pour la vie, simplement…

 

Entendez-vous, ce jour, le carillon joyeux

Aux notes de cristal, qui tinte dans la nuit ?

C’est la chanson d’amour de notre terre aux cieux.

Ecoutez, sur le val, ce doux hymne à la vie…

 

MPV

 

 



20/01/2014
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres