L'aube fleurie

L'aube fleurie

Dans les fleurs et dans les arbres

 

 

 

Ils ont été des sages pour leur temps et le sont encore pour le nôtre. Leurs écrits remplis d'humanité sont gravés dans la pierre. Leurs mots sont intemporels, immortels et tout puissants. S'ils résonnent si fort dans notre coeur, c'est qu'ils possèdent cette force de vérité qui émane de l'amour, et protègent en leur sein les précieuses graines de la liberté.

Voici pour vous quelques morceaux choisis de leurs pensées, qui, à mon sens, devraient être lues et relues par chacun dans le monde entier, et particulièrement par ceux qui tiennent entre leurs mains le pouvoir de changer le monde :

   

                               

 

« De même qu'un arbre a un seul tronc mais de nombreuses branches et feuilles, de même il n'y a qu'une seule religion vraie et parfaite, mais elle se diversifie en de nombreux rameaux par l'intervention des hommes. La religion unique est au-delà de toute parole. Il faut pourtant recourir au langage pour s'en rendre compte. Or, les mots nécessaires sont mis au point et interprétés par des hommes qui ne sont pas parfaits. Des différentes interprétations proposées, quelle est la vraie ? Chacun a raison selon son propre point de vue mais il et impossible que tout le monde ait tort. D'où la nécessité d'être tolérant, ce qui ne signifie aucune indifférence pour sa propre religion, mais l'obligation de mieux la comprendre et de l'aimer d'un amour purifié. La tolérance est aussi éloignée du fanatisme que le Pôle Nord du Pôle Sud. Une connaissance approfondie des religions permet d'abattre les barrières qui les séparent. »

 

Gandhi « Tous les hommes sont frères »

 

 

                            

      

« Dans la nuit terrible de la guerre, des hommes ont frappé à la porte de l'église pour demander le pain de la paix, mais l'église souvent les a déçus. Qu'y a-t-il de plus pathétiquement révélateur de l'inefficacité de l'église dans les problèmes du monde actuel que son témoignage au sujet de la guerre ? Dans un monde rendu fou par la propagande belliqueuse, les passions chauvines et l'exploitation impérialiste, l'église a approuvé ces activités ou est restée dans un silence consternant. Au cours des deux dernières guerres mondiales, les églises nationales sont allées jusqu'à servir de laquais complaisants aux états, aspergeant d'eau bénite les navires de guerre et rejoignant les forces armées en chantant : « Loue le seigneur et passe les munitions. » Un monde épuisé, plaidant désespérément pour la paix, a souvent trouvé une église donnant à la guerre son appui moral.

Et ceux qui sont allés vers l'église pour y chercher le pain de la justice économique ont été laissés dans la nuit décevante du dénuement. En de nombreux cas, l'église s'est alignée sur les classes privilégiées et  a pris la défense du statu quo, de telle manière que cela revenait à refuser de répondre au coup frappé à la porte. L'église orthodoxe en Russie s'était associée au statu quo et s'était liée de façon si inextricable au régime despotique des tsars qu'il était devenu impossible de se débarrasser du régime politique et social corrompu sans se débarrasser en même temps de l'église. Tel est le sort de toute organisation ecclésiastique qui s'allie aux choses-telles-qu'elles-sont.

L'église doit se souvenir qu'elle ne domine ni ne sert l'état, mais qu'elle en est la conscience.

culte le meilleur est une expérience sociale où des gens de tous les niveaux de vie se rassemblent pour affirmer leur unité en Dieu. »

 

Martin Luther King « La force d'aimer »

 

 

                      

 

« Votre vie quotidienne est votre temple et votre religion.

Lorsque vous y entrez, prenez avec vous tout ce qui vous appartient.

Prenez la charrue et la forge, prenez le maillet et le luth,

et tout objet que vous avez façonné par nécessité ou par plaisir.

Car dans vos rêveries vous ne pouvez vous élever au-dessus de vos réalisations ni tomber plus bas que vos défaites.

Et prenez avec vous toute l'humanité. Car dans l'adoration vous ne saurez voler plus haut que leurs espoirs, ni vous humilier plus bas que leurs désespoirs.

Et si vous voulez connaître Dieu, ne soyez pas là, à résoudre des énigmes. »

Regardez plutôt autour de vous et vous le verrez marchant dans les nuées, ouvrant les bras dans les éclairs et descendant avec la pluie.

Vous le verrez souriant dans les fleurs, puis Se levant et agitant les mains dans les arbres. »

 

Khalil Gibran « Le prophète »

 



26/01/2011
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres