L'aube fleurie

L'aube fleurie

Ecouter le chant des feuilles...

« Ne parlons plus à présent de Dieu le Père. Parlons plutôt des dieux, vos voisins, et de vos frères, les éléments qui se déplacent autour de vos maisons et de vos champs.

Si vous vous éleviez, en imagination, jusqu’aux nuages, il vous semblerait vous être élevé très haut ; si vous pouviez survoler la vaste mer, vous prétendriez avoir franchi une grande distance. Mais je vous le dis, quand vous plantez une graine dans la terre, vous vous élevez encore plus haut ; et lorsque vous saluez la beauté du matin en voyant votre voisin, vous traversez une mer plus vaste encore.

Vous ne chantez que trop souvent Dieu, l’Infini, alors qu’en vérité vous n’entendez pas ce chant. Si seulement vous pouviez écouter le chant des oiseaux, et celui des feuilles qui tombent de leurs branches quand le vent vient à passer ; et n’oubliez pas, mes amis, que ces feuilles ne chantent que lorsqu’elles se séparent de leurs branches. »

 

Khalil Gibran

 



20/11/2012
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 149 autres membres