L'aube fleurie

L'aube fleurie

Elle attend...

femme au printemps.jpg
 

 

 

En caressant du doigt la courbe d'une fleur,

Elle appelle l'amour de ses yeux de satin.

Mais l'écho lui renvoie le soupir de ces heures

Où de faux troubadours effaçaient son chagrin.

 

Elle oublie la couleur des couchers de soleil,

Quand la mer mugissait en timides sanglots,

Quand le vent dans les fleurs titillait son sommeil,

Quand la source courait dans la prairie, là-haut...

 

Elle attend une aura sur son chemin brumeux,

Dans son ciel vert-de-gris que nul ange n'éclaire,

Un peu comme un ara déposerait, heureux,

Les couleurs paradis de ses ailes lumière.

 

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



28/04/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres