L'aube fleurie

L'aube fleurie

Elle chante pour nous

 

Sa chanson est un cri

Dans le noir de la nuit,

Un hurlement de loup

Dans l’hiver qui s’en fout,

 

Un appel déchirant

Dans la pluie et le vent,

Que lui renvoie l’écho

En mécaniques mots,

 

Mais il faut qu’elle chante

Ces démons qui la hantent

En soupirs caressants

De ses notes de sang

 

Dont le goût sur ses lèvres,

En ce jour qui s’achève

Lui rappelle le feu

De l‘élan amoureux

 

Qui la fit s’envoler

Puis tomber, expirer

Sous les feux de l’oubli

En sa source tarie.

 

Elle chante, elle chante

Cette houle démente

Qui recouvre son cœur

Et perturbe ses heures.

 

Le flot de ses paroles

Versées comme une obole

Sur l’autel de l’oubli

Qui lui est interdit

 

N’arrête pas les larmes

De son cœur qui désarme

Et qui veut seulement

Garder comme un enfant

 

Le souvenir heureux

De cet or amoureux

Qui fit briller ses yeux

Un instant merveilleux.

 

Elle chante pour nous

Au soleil qui s’en fout

La chanson des amants

Effacés dans le  temps.

 

MPV

 

 



03/03/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres