L'aube fleurie

L'aube fleurie

Fleurs de feu

 

 

 

Fleurs de feu

 

Bien des siècles depuis les siècles du Chaos,

La flamme par torrents jaillit de ce cratère,

Et le panache igné du volcan solitaire

Flamba plus haut encor que les Chimborazos.

 

Nul bruit n'éveille plus la cime sans échos.

Où la cendre pleuvait l'oiseau se désaltère ;

Le sol est immobile et le sang de la Terre,

La lave, en se figeant, lui laissa le repos.

 

Pourtant, suprême effort de l'antique incendie,

A l'orle de la gueule à jamais refroidie,

Éclatant à travers les rocs pulvérisés,

 

Comme un coup de tonnerre au milieu du silence,

Dans le poudroiement d'or du pollen qu'elle lance

S'épanouit la fleur des cactus embrasés.

 

 

José Maria de Hérédia



06/08/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres