L'aube fleurie

L'aube fleurie

Hiver

 

Endormie sous le gel, au vent froid de l'hiver,

En robe de dentelle incrustée de lumières,

De petites étoiles aux reflets blancs et bleus,

La terre se dévoile et nous fait ses aveux.

 

Elle est grâce et merveille, en habit de satin,

Mais son cœur en sommeil, attend d'autres matins,

Où le sang de ses veines, aux bourgeons palpitant,

Libéré de ses chaînes, appelle le printemps.

 

Ainsi est aussi l'homme, au matin ténébreux,

Quand il sort de son somme et se prend à ses jeux,

À ses rêves de paix, de justice et d'amour

Que chaque jour il fait et refera toujours.

 

Homme et terre en labour, enivrés de leur sève,

Graine et fruit en retour, dans le jour qui se lève.

Humanité qui chante au-dessus des nuages,

Sur la terre mourante, accablée de naufrages.

 

Homme et terre en amour, pour un nouveau demain,

Réunis pour toujours, dans le petit matin,

Où la glace d'argent, recouvrant leurs manteaux,

Sous le soleil levant, dégèlera bientôt.

 

Homme et terre en amour, par delà les tempêtes

Sur ce lit de velours où reposent leurs têtes,

Souriant vers le ciel où somnolent leurs rêves,

Au doux nid de leurs ailes étendues sur la grève.

 

 

Martine PV

 

 

 

 

 

 

 





19/01/2017
5 22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres