L'aube fleurie

L'aube fleurie

L'adieu à Manu

  

Manu s'est endormi tout comme il a vécu,

Sans un mot, sans un bruit, sans pleurs, sans peur, sans fard.

On a croisé ses doigts sur ce drap de hasard

Où a glissé sa voix, un matin triste et nu.

 

Lui qui a tant aimé s'amuser, voyager

Danser sous la nuée ou la nuit étoilée,

Chanter, rêver, aimer, simplement exister,

Dans son regard doré, dansaient toutes les fées !

 

On a fermé ses yeux, alors tout s'est éteint,

Une ombre dans le bleu, un brouillard au matin,

Un vide s'est creusé dans nos cœoeurs qui l'aimaient.

 

Un instant seulement, car sous son front ambré,

Tout chaud, brillant, vibrant de son âme étoilée,

Il nous dit d'être gais, comme lui l'a été.

 

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 





05/07/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres