L'aube fleurie

L'aube fleurie

L'aigle

 

 

 

Sur les sommets de neige blanche,

Un aigle plane avec prestance.

Ses grandes ailes insolites

Dessinent des ombres maudites

 

Par tout le peuple des oiseaux

Qui craint d’être pris dans l’étau

De ses deux serres redoutables

Qu’il écartèle, impitoyable,

 

Pour mieux saisir et emporter,

Jusqu’au pic de sa royauté,

Ses pauvres proies effarouchées,

En son territoire, égarées.

 

Ce soir encore, son œil perçant

A vu, dans le soleil couchant,

Un mets qui fera son festin,

Et d’un coup d’aile écrit la fin

 

D’une existence mélodieuse,

A siffler des sonates heureuses,

Pour l’infortuné rossignol,

Qui a égaré sa boussole.

 

 Martine PV

 

 

 

 



10/11/2012
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres