L'aube fleurie

L'aube fleurie

La liseuse

Image offerte, prise sur le Net

 

 

Elle aimait la nature et les fleurs l’embaumaient,

Elle aimait la lecture et les mots lui parlaient,

Elle aimait le soleil et ses rayons d’amour,

Elle aimait le doux miel des apaisants discours,

 

Rêver en solitaire et trouver son décor

Dans la pure lumière ou dans les mots-trésors,

Sentir un doux parfum entre les pages blanches,

Lire au petit matin le cœur d’une pervenche,

 

Voir la lueur furtive éclairer une ligne

Et dans le pli du livre y dessiner un signe,

Contempler les couleurs d’une rose courbée

Dans l’étrange pâleur d’un ciel énamouré.

 

Les mots avaient sur elle un étrange pouvoir

Qui lui donnait des ailes, excitait sa mémoire

D’un passé très lointain bien au-delà du temps,

Où chaque lendemain avait le goût d’avant,

 

Où l’amour était roi, faisait danser les âmes

Sur les fleurs de la joie qui folâtrent et se pâment,

Où la paix des paroles exsudaient des feuillus

Et offraient en obole un peu de leur surplus.

 

Ainsi dans l’aube bleue la liseuse voyait

Marcher en amoureux les fleurs et mots de paix.

Sous ses yeux attendris la chanson se levait

Des tendres mots épris du joli mois de mai.

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



11/03/2020
16 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 146 autres membres