L'aube fleurie

L'aube fleurie

La politique des trois singes

 

 

 

 

 

 

La folie capitaliste et anti humaniste est devenue telle que même les êtres les plus
forts psychologiquement en viennent parfois à perdre pied. Comment ne pas se
sentir déboussolé lorsque l’on a une vision idéale de la vie en société, une éthique humaniste, et que l’on est perpétuellement confronté à son exact opposé, contraint même parfois, d’adopter et de mettre en pratique ses principes pernicieux ?

 

Les personnes qui acceptent délibérément de participer aux rouages insidieux du système le plus dévastateur de tous les siècles, ce système né de la mondialisation, censé à l’origine (faut-il le rappeler) amener plus de justice sociale, et celles qui s’y laissent entraîner par les rois de la manipulation, appâtés par les promesses de gloire et de profit, ne voient pas l’épée de Damoclès qui flotte insolemment au-dessus de leur tête. Ils ne se rendent pas compte qu’un jour, eux aussi, qui ont bafoué leurs idéaux pour ce qui ne rend même pas heureux, souffriront à leur tour et devront se débattre dans la toile d’araignée dénommée PROFIT.

 

Ce qui me frappe et m’attriste le plus aujourd’hui, c’est de voir la déception, voire le désespoir de nos jeunes, dans nos pays riches qui devraient, au contraire, de par leurs richesses, être porteurs d’espoir et de rêve pour les jeunes générations. Pourquoi notre monde est-il devenu si aveugle à ce qui crève les yeux ? Peut-être parce qu’il serait encore plus éprouvant d’admettre que c’est notre société, donc nous tous, qui avons provoqué cette situation.

 

Si l’on prête attentivement l’oreille à ce que disent et à ce que font nos jeunes, on se rend très vite compte que leurs dires et leurs comportements, lorsqu’ils sont négatifs et autodestructeurs dérivent directement de nos insuffisances, de nos écarts, de nos renoncements. Ils ont très bien compris et depuis longtemps, bien avant d’avoir atteint l’âge normal pour s’intéresser à ces problèmes, que la nouvelle loi de ce siècle est la loi de la jungle. Ce sont toujours les plus forts qui l’emportent.  On me dira : « Ce n’est pas nouveau, cela a toujours été, depuis le début des siècles. » Et je répondrai qu’avec tous les progrès de la technologie, de la science, de la médecine, on aurait pu légitimement espérer que plus personne au monde ne serait laissé pour compte aujourd’hui et que même les plus faibles trouveraient leur place au sein de la société. Or, il n’en est rien, le fossé n’a fait que se creuser davantage et davantage encore, au fur et à mesure des évolutions, ces évolutions que l’on disait miraculeuses et qui en réalité ne profitent qu’à une élite.

 

Et l’on voudrait que nos jeunes, à qui l’on fait lire les grands philosophes humanistes pour mieux les inviter ensuite à bafouer allègrement leurs principes, aient confiance en l’avenir ? Qu’ils s’investissent dans sa préparation ?

 

Si nous ne nous penchons pas sérieusement sur ces problèmes de fond, nous courrons tout droit à la catastrophe. L’actuel déséquilibre des marchés financiers, les
ravages de la famine en Afrique, le spectre de la déforestation dévastatrice pour l’écosystème, sont autant de sonnettes d’alarme que nous n’entendons pas, nous qui portons en permanence nos écouteurs sur nos oreilles, de même que nous n’entendons pas les cris et les pleurs désespérés des cœurs qui souffrent.

 

Constat pessimiste ? Non, réaliste. Mais il ne devient définitif et irréversible, ce constat, que si nous-mêmes avons décidé de pratiquer la politique des trois singes : « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. » En revanche, si nous résistons, nous pouvons encore faire changer les choses.

Car l’humanité, c’est l’homme qui la construit.

 

Alors résistons, témoignons, montrons notre désaccord, disons haut et fort : « Non, nous n’en voulons pas. De votre monde d’injustice, nous ne voulons pas, nous ne voulons plus. » La parole exprimée avec conviction, avec force, détient un immense pouvoir et une puissance telle que nous ne pouvons l’imaginer.

 

Résister sera notre soutien.

Résister sera notre force.

Résister sera notre union.

Résister sera notre cheval de bataille.

Résister sera notre meilleur pronostic pour demain. 

 

 

MP 



31/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres