L'aube fleurie

L'aube fleurie

La rose et la pâquerette

 

 

 

 

La rose étalait sa splendeur au soleil de mai.

Chaque passant qui croisait son chemin s'extasiait devant la perfection de sa couleur, la délicatesse de ses pétales, défaillait presque de plaisir en humant son parfum.

La rose se redressait alors, se rengorgeant de sa beauté.

 

 

 

 

 

 

 

 

De l'autre côté de l'allée, juste en face d'elle, somnolait une pâquerette. Elle s'ennuyait beaucoup. Jamais personne ne s'arrêtait pour la regarder, elle. Jamais personne n'avait admiré ses jolis pétales blancs. Personne ne savait qu'elle avait un parfum, imperceptible pour celui qui ne s'approche pas plus près mais pourtant bien réel. Personne ne la voyait.

Alors, sa collerette retombait mollement vers le sol en signe de désespoir.

 

 

 

Tout dans la nature, de la fleur de pissenlit au lys royal, de la goutte d'eau aux rouleaux écumants de l'océan, de la douce colline à la montagne majestueuse, est digne de notre attention, attend notre attention.

 

 

Martine PV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


06/08/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres