L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le chant de Dieu

« Vous ne chantez que trop souvent Dieu, l’Infini, alors qu’en vérité vous n’entendez pas ce chant. Si seulement vous pouviez écouter le chant des oiseaux, et celui des feuilles qui tombent de leurs branches quand le vent vient à passer ; et n’oubliez pas, mes amis, que ces feuilles ne chantent que lorsqu’elles se séparent de leurs branches.

De nouveau je vous supplie de ne pas parler si librement de Dieu, qui est votre Tout, mais de vous parler et de vous comprendre l’un l’autre, de voisin à voisin et de dieu à dieu.

nous sommes le souffle et le parfum de dieu. Nous sommes dieu en feuille, en fleur, et souvent en fruit. »

 

Khalil Gibran

 



07/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres