L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le jeune Africain, suite et fin...

...

 

 

Ce jour-là, son cœur s'est gonflé.

A l'horizon se profilaient

Les monts qui surplombent la mer

Et protègent la ville fière.

 

Tandis que s'ouvraient ses narines

A la blanche écume marine

Aux effluves de la garrigue,

De la lavande et de Martigues.

 

« Joli ce soleil qui s'attarde

Sur Notre Dame de la Garde »,

A pensé le jeune Africain,

S'apprêtant à prendre le train.

 

La lumière en métamorphose,

Le parfum têtu de la rose,

Ont été les seuls vrais plaisirs

Qu'il ait gardés en souvenirs.

 

Car en fait d'amour, de partage,

D'honneur, de bonté, de courage,

Il n'a trouvé en ce voyage

Que désespoir, rejet, naufrage.

 

« Que fais-tu là, lui a-t-on dit,

Tu voles notre pain, nos fruits ?

Tu viens squatter notre logis ?

Nous chasser de notre pays ?

 

Le jeune homme n'a rien compris,

Pourquoi tant de soudain mépris ?

Devoir accepter en cadeau,

Toujours l'injure de leurs mots…

 

Ayant donné tout son argent

Pour voyager sur l'océan,

Il a dû chercher du travail

Quoi qu'il en soit, vaille que vaille.

 

Comme il était un peu noiraud,

Il n'a pas trouvé de boulot,

Pas le moindre studio non plus,

Il s'est retrouvé dans la rue.

 

Quand est venu le froid d'hiver,

Il a repensé au désert,

A court d'idée, d'espoir et d'arme,

A versé sa première larme,

 

Sur la terre de ce pays

Qu'on lui avait dit si joli

Et sur laquelle il avait cru

Trouver le paradis perdu.

 

 

Arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



24/07/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres