L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le loup

 

Les nuits de pleine lune, quand il hante les bois,

Ses hurlements lugubres, par dessus les toits,

Effrayent les enfants, autant que les sorcières,

Les gros ogres géants, les démons de l’enfer,

 

Car son cri a l’écho du chant d’un autre monde,

Où le laid tue le beau, au fond des catacombes,

Où la mort tue la vie d’un souffle entre ses crocs,

Où valsent les esprits assoiffés de sang chaud.

 

Du moins le pensent ainsi ceux qui ne l’aiment pas,

Relevant du mépris en ses yeux d’au-delà,

Où ne perce pourtant que le désir de vivre

Et courir dans le vent, dont le parfum l’enivre.

 

Mais c’est un solitaire, au regard insolite

Sur les chemins il erre... on a peur, on l’évite,

On lui prête des maux dont il est innocent,

Il est pourtant si beau quand il court dans le vent…

 

 Martine PV

 

 

 

 

 

 



15/11/2012
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres