L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le mystère du peintre

 

Peindre les couleurs de la vie…

 

Verser l’or de l’esprit

Sur la toile de ses rêves,

Une touche d’infini

Dans le jour qui s’achève.

 

Glorifier la beauté

D’une fleur en bouton,

Faire une éternité

D’un instant d’abandon

 

Au soleil de l’été,

Au vent sur la prairie,

À la mer apaisée,

Au ciel, à l’infini…

 

Au sourire amoureux

Qui caresse un cœur tendre,

Au regard plein du feu

Qui couve sous la cendre.

 

Peindre pour alléger

Un cœur dégoulinant,

Peindre pour attester

D’un amour transcendant,

 

Pour faire entrer le ciel

Dans le grain d’une toile,

Y verser des pastels

Et parsemer d’étoiles

 

Ce qui est triste et sombre

Et noirci de néant,

Ce qui pleure dans l’ombre

De vraies larmes de sang.

 

Poser de la magie

Sur la terre enneigée,

Un beau grain de folie

Sur la roche gelée,

 

Un superbe arc-en-ciel

Dans le ciel menaçant,

Des pépites de miel

Sur le sombre océan,

 

De doux reflets d’azur

Sur l’asphalte étouffant,

Evasion d’un bleu pur,

Au gris des jours sans vent.

 

Le peintre a ses mystères,

Qu’il délivre parfois.

Le peintre est son mystère

Qu’il rêve à bout de bras.

 

MPV

 



19/01/2019
22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres