L'aube fleurie

L'aube fleurie

Le poète mutin

Il est fort et fragile et l'airain de son corps

Cache une âme angevine et un coeur de colombe.

Les paroles divines et les voix d'outre-tombe

Se tiennent sur le fil de son amie la mort.

 

Il ne craint pas le froid des tombes hivernales,

Ni le désert brûlant des étés dévastés,

Ni le regard tranchant des guerriers endiablés,

Ni la hargne des rois au soir des bacchanales.

 

Il marche dans le vent, il sourit au soleil

Et l'écho de son chant résonne dans le ciel.

Ses mots couleurs blanc-gris apaisent son esprit.

 

Il a soif de matins lumineux et sucrés,

Il aspire aujourd'hui au calice de vie,

Le poète mutin au coeur de chevalier.

 

 

Martine PV

 



16/04/2011
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres