L'aube fleurie

L'aube fleurie

Les caprices du temps

  

Ô temps,

Toi qui passes sur nos vies,

Un jour notre ami

Et l’autre ennemi,

Tu te donnes dans l’instant

Mais tu te nourris de nos larmes.

 

Tu poses la douceur au creux de nos sillons

Et tu reprends le feu de nos regards d’avant.

Tu souffles un doux sourire

Sur nos lèvres maternelles

Et puis… nos bouches apaisées

N’embrassent plus que le vent.

Tu t’émeus de nos émois,

Qu’un jour tu emprisonnes

Dans la rassurante sagesse d’un cheveu blanc.

Tu inspires à nos muses ces mots pour le bonheur

Qui restent prisonniers de nos sages désirs.

 

Ô temps,

Tu es bien capricieux

Et ton sourire insaisissable trouble notre raison.

Mais quand tu veux bien,

Une seconde seulement,

T’arrêter pour nous,

Les cœurs mis à nu abolissent les frontières,

L’espace d’un instant.

 

Alors nous ne faisons plus qu’un avec toi

Et le monde, de nouveau, nous appartient.

 

 

MPV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



15/08/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres