L'aube fleurie

L'aube fleurie

Les immortels

 

Leurs mots sont des pépites au creux des vallons morts.

Dans les villes maudites, au chant de leurs accords,

Ils disent nos chagrins, partagent nos errances,

L'espoir de lendemains lavés de nos souffrances.

 

Ils portent aussi nos peurs, les guident au brasier

Dont les brandons maudits sont nos membres chargés

Des troubles et des maux déversés par la vie

Brûlant déjà là-haut dans le ciel qui rougit.

 

Ils soulèvent nos cœurs empêtrés dans la toile

Tissée par le malheur qu'un souvenir dévoile,

Les posent au doux nid d'une source d'eau claire

Pour qu'ils se purifient de leurs larmes amères.

 

Ils élèvent nos âmes au royaume des fées

Qui font d'un ciel de larmes une voûte étoilée,

Les mènent jusqu'aux anges en l'ondée de leurs rimes

Artistement étranges, au bercement sublime.

 

Ils sont le vent d'espoir qui nous donne des ailes,

Ils traversent l'histoire, ils sont nos immortels,

Ces auteurs d'autrefois que l'on croit disparus

Et qui de l'au-delà réveillent nos vertus.  

 

Martine



06/05/2016
4 14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres