L'aube fleurie

L'aube fleurie

Les oiseaux déguisés

 

Tous ceux qui parlent des merveilles

Leurs fables cachent des sanglots

Et les couleurs de leur oreille

Toujours à des plaintes pareilles

Donnent leurs larmes pour de l'eau

 

Le peintre assis devant sa toile

A-t-il jamais peint ce qu'il voit

Ce qu'il voit son histoire voile

Et ses ténèbres sont étoiles

Comme chanter change la voix

 

Ses secrets partout qu'il expose

Ce sont des oiseaux déguisés

Son regard embellit les choses

Et les gens prennent pour des roses

La douleur dont il est brisé

 

Ma vie au loin mon étrangère

Ce que je fus je l'ai quitté

Et les teintes d'aimer changèrent

Comme roussit dans les fougères

Le songe d'une nuit d'été

 

Automne automne long automne

Comme le cri du vitrier

De rue en rue et je chantonne

Un air dont lentement s'étonne

Celui qui ne sait plus prier

 

Louis Aragon



18/01/2013
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres