L'aube fleurie

L'aube fleurie

Magique Noël blanc

 

Petit, insouciant et heureux,

Malgré le froid qui s’insinue,

Malgré le vent cinglant, râpeux,

Et les chemins qu’on ne voit plus,

 

Ensevelis sous l’hiver blanc,

Sans plus de début ni de fin,

Sans plus de demain ni d’avant,

Perdus entre soir et matin.

 

Toi tu marches sans y penser,

En faisant résonner ton rire,

Sur les étangs, dans les vallées,

Et puis sur tout ce qui respire.

 

Petit, je puise dans tes yeux,

Pétillant de mille étoiles,

Le pur plaisir des jours heureux

Que ton insouciance dévoile.

 

Quand je te voie t’émerveiller

Devant le sapin éclairé,

Et dans les boules te mirer,

Je me dis que tout est parfait.

 

Je mets ma main sur ton épaule,

En murmurant : « comme c’est beau ! »

Tu vois, petit, comme c’est drôle…

Je n’ai plus mal, ni froid, ni chaud,

 

Plus de chagrin ni de regret.

Je goûte avec toi, seulement,

La joie d’être et puis celle d’aimer,

En ce magique Noël blanc.

 

 

Martine PV



16/12/2012
35 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 149 autres membres