L'aube fleurie

L'aube fleurie

Matin, j'ai tout aimé...

Matin, j'ai tout aimé, et j'ai tout trop aimé ;

À l'heure où les humains vous demandent la force

Pour aborder la vie accommodante ou torse,

Rendez mon cœur pesant, calme et demi-fermé.

 

Les humains au réveil ont besoin qu'on les hèle,

Mais mon esprit aigu n'a connu que l'excès ;

Je serais tel qu'eux tous, Matin ! s'il vous plaisait

De laisser quelquefois se reposer mon zèle.

 

C'est par mon étendue et mon élan sans frein

Que mon être, cherchant ses frères, les dépasse,

Et que je suis toujours montante dans l'espace

Comme le cri du coq et l'ouragan marin !

 

L'univers chaque jour fit appel à ma vie,

J'ai répondu sans cesse à son désir puissant

Mais faites qu'en ce jour candide et fleurissant

Je demeure sans vœux, sans voix et sans envie.

 

Atténuez le feu qui trouble ma raison,

Que ma sagesse seule agisse sur mon cœur,

Et que je ne sois plus cet éternel vainqueur

Qui, marchant le premier, sans prudence et sans peur,

Loin des chemins tracés, des labours, des maisons,

Semble un dieu délaissé, debout sur l'horizon.

 

 

Anna de Noailles.

 



05/11/2012
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 144 autres membres