L'aube fleurie

L'aube fleurie

Miracle de la vie

La naissance est un long parcours du combattant chez les félidés. La conception elle-même est un acte violent et douloureux, puisque le sexe du mâle est pourvu de crochets effilés qui blessent la femelle lorsqu'il se retire, les plaies ainsi provoquées favorisant une meilleure dissémination des spermatozoïdes. Et pourtant, la femelle se plie de bonne grâce à cet acte que l'on pourrait qualifier de barbare.

L'appel de la vie est plus fort que toutes les souffrances.

Commence ensuite le long et difficile parcours des spermatozoïdes qui s'élancent par milliers entre les parois de l'utérus. Ils doivent réussir à se faufiler entre les entrelacs de câbles serrés placés sur leur chemin, comme autant d'obstacles à leur survie. Quelques dizaines d'entre eux parviennent à contourner, surmonter, transpercer l'obstacle pour se retrouver de l'autre côté, en cette zône protégée, de calme et de sérénité, où ils n'auront plus qu'à attendre patiemment l'apparition de l'ovule.

Dès qu'il est là, ils se précipitent vers lui, déployant toute leur énergie jusque là au repos. Le plus rapide devra être aussi le plus énergique et le plus tenace car dès son arrivée, il lui faudra pénétrer la paroi résistante de l'ovule. Dans un ultime effort, le spermatozoïde « champion de marathon » s'insinue lentement dans l'amas dense de la paroi ovulaire et réussit enfin, épuisé, à y pénétrer entièrement.

L'appel de la vie et plus fort que toutes les souffrances.

Aussitôt que le spermatozoïde a pris possession des lieux, la paroi de l'ovule se contracte et libère une substance qui empêche instantanément et définitivement tout autre spermatozoïde de pénétrer. Les perdants restent là pourtant, encore quelque temps, tentant désespérément de forcer leur destin. Mais, dure loi de la vie, le processus de la naissance est enclenché sans eux.

L'embryon apparaît bientôt, prenant la forme et la consistance d'un petit félin, selon le code génétique qui a présidé à sa naissance.

Miracle de la vie qui appelle la vie.

Puis, selon, un cheminement d'une perfection surnaturelle, naissent un à un les organes, dans un ordre précis, pour finalement, déterminer le foetus qui, bien au chaud dans cette cavité utérine qui lui fournit tous les nutriments dont il a besoin pour survivre et grandir, attend le jour de sa naissance. Le lionceau, lui, est confortablement installé dans une sorte de hamac qui le protège efficacement des assauts violents de sa mère lorsqu'elle attaque ses proies pour se nourrir.

Finalement, le jour J, presque à l'heure dite, le petit félin naît, passant du monde aquatique dans lequel il attendait, sur la terre ferme où il devra se battre pour survivre.

La vie est plus intelligente que tous les obstacles qui voudraient l'empêcher d'être.

Devant une telle perfection, une telle précision dans tout le processus de la naissance, je suis émerveillée. Je me dis qu'il est impossible que la vie soit l'effet du hasard. Une intelligence supérieure préside forcément à ce processus. Il existe obligatoirement une intention première derrière chaque naissance.

La vie qui appelle la vie.

Nous sommes sur terre par la volonté commune de cette intelligence infinie qui préside à toute naissance et de notre propre volonté de vivre. Et je me dis qu'il serait vraiment dommage de gâcher la puissance, la beauté, la persévérance de cette intention première en pensées négatives.

 

M.

 




3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres