L'aube fleurie

L'aube fleurie

Ne me parle pas...

 

 

Si tu peux dire, pour te donner bonne conscience, quand tu refermes ton porte-monnaie pour un peuple qui souffre : « Je donnerais bien mais on ne sait pas où s'en va l'argent »,

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Si tu peux t'indigner de tout un peuple, pour quelques malheureux affamés, pris de panique, désespérés, qui s'étripent pour un paquet de riz et dire : « Ils sont un peu sauvages ces gens-là, non ? »,

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Si tu cautionnes l'idée que, sous prétexte de sa couleur de peau, un homme est inférieur à un autre homme,

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Si tu peux t'émerveiller, envier et ne pas t'offenser de cet homme riche qui s'approprie une « œoeuvre d'art » de 500 000 euros pour l'enfermer dans un bunker presque aussi cher, où jamais personne d'autre que lui-même ne pourra l'admirer, tandis que sur toute la surface de la planète des êtres humains meurent de faim,

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Si tu peux dire avec légèreté, inconscience et sans respect pour tous ceux et celles qui sont morts pour la « patrie » : « Il faudrait une bonne guerre ! (pour les autres, bien sûr…),

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Si, sans réfléchir, tu peux prendre les armes au nom d'une religion, quelle qu'elle soit,

Ne me parle pas de ton Dieu.

 

Pire encore, si tu peux dire tranquillement et sans que ta conscience t'accuse : « Occupons-nous d'abord de nous, à chaque pays de régler ses propres problèmes », quand tu as un toit au-dessus de la tête, que tu manges tous les jours à ta faim et que tu es en bonne santé,

Ne me parle pas de ton Dieu,

 

Ce Dieu de liberté, de tolérance, de justice, d'amour, de bonté, de douceur, de partage, que tu invoques les larmes aux yeux et que parfois, tu voudrais même imposer aux autres.

Ne me parle pas de ton Dieu,

                        Ce serait lui faire offense !

 

Martine

 

 

 

"Esclaves ceux qui craignent de parler

pour le tombé et pour le faible;

esclaves ceux qui refusent de choisir

haine, raillerie et injure

plutôt que se détourner en silence

d'une vérité qui s'impose;

esclaves ceux qui n'osent pas

être dans le droit avec deux ou trois."

 

James Russel Lowell

 



06/02/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres