L'aube fleurie

L'aube fleurie

Petite âme, ne pleure pas...

 

Petite âme,

Ne pleure pas,

La vie est ainsi…

 

Elle t’a donné et puis repris,

L’espace d’un instant.

En quelques mots le paradis,

En quelques mots le néant.

La vie est ainsi,

Tout enrobée de mystère,

Elle ne connaît de répit

En ses parfums délétères.

Ce que tu croyais solide comme airain

S’envole dans le ciel en riant,

Comme un fétu de paille un beau matin

En un jour de grand vent.

Tout est impermanent,

Tout naît puis disparaît,

Avant que tu n’aies eu le temps

De construire un après.

Tout se meut dans l’éther

De tes rêves d’amour,

Tout se meurt aux frontières

D’impossibles toujours.

 

Petite âme,

Ne pleure pas,

Ce qui demeure est en toi

 

Comme une perle de cristal

Qui reflète l’océan,

Comme un rêve d’aube pâle

À l’horizon soulevant

La soie précieuse de son voile,

Pour révéler son front charmant,

Allumer des étoiles

Au fond du firmament,

Aux couleurs éblouissantes

D’un Eden sans illusion,

À la flamme incandescente

D’enthousiasme et de passion

Pour la vie qui se donne,

Légère et parfumée,

Mais qui parfois nous abandonne

Pour mieux nous retrouver.

 

Petite âme,

Ne pleure pas,

La vie est ainsi

 

Qui te teste et te conteste

Pour mieux te révéler,

Aux vents furieux que tu détestes,

La valeur d’un grain de blé,

Semé un beau matin

Par ton regard d'été

Commandant à ta main,

Pour mieux te révéler

Tous les trésors cachés

Dans ces pierres du chemin

Qui te font trébucher

Chaque jour, soir et matin.

 

Petite âme,

Ne pleure pas,

La vie sait pour toi.

 

Ce que tu cherches dans le froid

Te cherche aussi,

Bientôt tu le reconnaîtras,

Au hasard de ta vie,

Un jour vers toi viendra,

Ce trésor de tendresse,

Cet océan de joie,

Ce refrain d’allégresse

Dans le chant de ta vie

Qui te tend les bras,

Te berce et te sourit,

Qui avance vers toi,

Cette flamme puissante

Qui jamais ne te brûle,

Cette lumière enivrante

Que ton aurore allume,

Dès que tu as compris

Qu’en toi elle dort,

Qu’en toi elle grandit

Et qu’elle attend l’aurore

De tes maux révélés,

Par les mots transcendés

De ton cœur apaisé

Par l’espoir retrouvé.

 

Petite âme,

Ne pleure pas,

Le bonheur vient vers toi.

 

MPV

 

 

 



10/04/2019
27 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 139 autres membres