L'aube fleurie

L'aube fleurie

Qui suis-je ?

 Martine 2.jpg

 


  

 

Je ne maîtrise pas le rythme des sonnets

Et je connais bien mieux la ronde des saisons.

Mes rimes, pas à pas, cadencent mes pensées,

Qui volent dans les cieux, au-dessus des vallons.

 

Je n’ai pas le secret des poèmes d’antan,

Ni celui des versets qui éclosent en prière.

Mais j’écoute les blés qui bruissent dans le vent,

Et le doux chant des fées qui caressent la terre.

 

Je n’entends rien aux sons, aux allitérations,

Que ma muse, parfois, disperse avec tendresse

Dans mes vers sans façon, sans raison, sans mission

Et dont, avec émoi, je ressens la caresse.

 

Je n’aime pas les mots qui écorchent les rêves,

Fussent-ils apparus dans la bouche d’un roi,

Pas plus que les échos des armées qui se lèvent

Pour avoir entendu ces discours d’autrefois.

 

Je hais les chants guerriers qui de sang se repaissent

Et qui mènent en enfer ceux qui les ont aimés.

Le sifflet printanier du rossignol me berce

Et l’eau de la rivière, et le vent dans les prés.

 

Je ne cherche aucun or, aucune renommée.

« Heureusement », peut-être aurait dit Machiavel.

Au ciel est mon trésor, mon âme me connaît,

Et la joie de mon être est d’aimer au soleil.

 

Alors si vous aimez ces pensées de douceur

Que je disperse au vent de mes rimes d’amour,

Mes amis, prenez-les, qu’elles offrent à vos cœurs

La joie de partager le rêve à votre tour.

 

 

Martine 

 

 

 

 

 

 

 



08/01/2012
24 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres