L'aube fleurie

L'aube fleurie

Soudain, dans la nuit...

voilier et phare.png

 

Le bateau de tes rêves, au large de ta peine,

Est secoué par le vent des souvenirs maudits,

Ces blessures d'avant, ces bonheurs interdits

Qui malmènent et soulèvent un haut mât de misaine.

 

Et la coque se fend sous les coups répétés

Des rochers durs et froids des sentiments blessés.

Les voiles de guingois, de chagrin sont gonflées,

Quand le souffle s'éprend des vagues endiablées.

 

Mais soudain, dans la nuit, au détour d'une crique,

Une perle qui luit... tandis qu'une musique

Couvre pour un instant la colère du vent,

 

Et il reste muet, en cette heure arrêtée,

Car ce rai embrasant le ressac mugissant,

C'est la lumière ailée du grand phare Amitié.

 

M

 

 

 

 

 



26/04/2015
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres