L'aube fleurie

L'aube fleurie

Soyez prudents comme des serpents et simples comme des colombes

En fouillant dans ma bibliothèque, mes yeux se sont posés par hasard sur un livre auquel je tiens énormément et que je n'avais pas relu depuis longtemps : "La force d'aimer", de Martin Luther King. C'est un ouvrage merveilleux, à l'image de son auteur, qui a tant fait pour l'humanité et dont les paroles résonnent encore si fort aujourd'hui. Je vous propose en lecture deux passages de ce livre :

 

 

 

"Un philosophe français déclare : "Nul homme n'est fort s'il ne porte dans son caractère des antithèses fortement marquées."

L'homme fort unit en une synthèse vivante des contraires fortement marqués.  Rarement les  hommes atteignent à cet équilibre des contraires. Les idéalistes ne sont pas souvent réalistes ni les réalistes souvent idéalistes. Les militants ne sont guère connus pour être passifs ni les passifs pour être militants. Rarement les humbles savent se mettre en valeur et ceux qui se mettent en valeur sont rarement des humbles. Mais la vie en sa perfection est une synthèse créatrice dans l'harmonie fructueuse des contraires. Le philosophe Hegel dit que la vérité ne se trouve ni dans la thèse ni dans l'antithèse, mais dans une synthèse naissante  qui les réconcilie.

 

Jésus a reconnu la nécessité d'unir les contraires. Il savait que ses disciples auraient à affronter un monde difficile et hostile où ils seraient confrontés aux politiques récalcitrantes et aux protecteurs intransigeants de l'ordre ancien.  Il savait qu'ils rencontreraient des hommes froids et arrogants dont les cœurs ont été endurcis par le long hiver du traditionalisme.  Il leur dit donc : "Voici que je vous envoie comme des brebis  au milieu des loups." Et il leur donna une formule d'action : "Soyez donc prudents comme des serpents et simples comme les colombes."

 

.../...

 

"Le Nouveau Testament grec emploie trois mots pour désigner l'amour. Le mot eros désigne une sorte d'amour esthétique ou romantique. Dans les dialogues de Platon, l'Eros est un élan de l'âme vers le domaine du divin. Le deuxième mot est philia, un amour réciproque et une affection intime entre des amis. Nous aimons ceux qui nous plaisent et nous aimons parce que nous sommes aimés. Le troisième mot est agapè, compréhension et bon vouloir créateur et rédempteur pour tous les hommes. Amour débordant qui n'attend rien en retour, l'agapè est l'amour de Dieu agissant dans le cœur de l'homme. A ce niveau, nous aimons les hommes, non parce qu'ils nous plaisent, non parce que leurs façons nous attirent, non pas même parce qu'ils possèdent quelque chose de l'étincelle divine; nous aimons chaque homme parce que Dieu l'aime. A ce niveau, nous aimons la personne qui nous fait du mal, tout en haïssant le mal qu'elle a fait.

 

Nous pouvons voir maintenant ce que Jésus entend lorsqu'il dit : "Aimez vos ennemis". Nous devrions être heureux qu'il n'ait pas dit : "Estimez vos ennemis". Car il est presque impossible d'estimer certaines gens. Comment pourrions-nous estimer une personne dont le but avoué est de nous anéantir et de parsemer notre route de pierres d'achoppement ? Comment pourrions-nous estimer une personne qui menace nos enfants et fait sauter nos maisons ? C'est impossible. Mais Jésus reconnaît que l'amour est plus grand que l'estime. Quand Jésus nous prie d'aimer nos ennemis, il ne parle ni d'eros ni de philia; il parle d'agapè, compréhension et bon vouloir créateur et rédempteur pour tous.  Ce n'est qu'en suivant cette voie et en nous livrant à ce type d'amour que nous pouvons être les enfants de notre père qui est dans les cieux."

 

Martin Luther King



02/06/2016
4 23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 149 autres membres