L'aube fleurie

L'aube fleurie

Toi, tu es là

main et lumière.jpg

 

Dans l'abîme sans fond où les mots sont fantômes,

Dans les sphères glacées des sourires tremblants,

Au fin fond des prisons que la rose n'embaume,

Des rêves sacrifiés pour de faux sentiments,

 

Toi, tu es là.

 

Des cavernes obscures aux gouffres sans soleil,

Dans les recoins pierreux où rien ne pousse plus,

Ton écho nous rassure et nous ouvre le ciel.

Comme un beau lotus bleu bravant l'ombre déchue,

 

Toi, tu es là.

 

Alors, sur les parois de la roche mouillée,

Eclosent des étoiles et paillettes dorées.

Dans l'ombre de l'effroi des blessures passées

Se soulève le voile et là, comme un été,

 

Toi, tu es là.

 

La petite lueur aux volutes timides,

Soulevée par la foi d'éclairer l'univers,

En sa douce chaleur sur la paroi humide,

Se change en feu de joie et sait que dans l'éclair,

 

Toi, tu es là.

 

Alors naissent des prés verdoyants et fleuris,

Des fleurs de paradis, des oiseaux merveilleux,

Des plages au sable ambré dans le soir qui rougit,

Des amoureux transis qui se mangent des yeux.

 

Car Toi, tu es là.

 

Et que tombe la pluie des espoirs déroutés,

Puisque Toi, tu es là.

 

Et que souffle le vent des menaces et des cris,

Puisque Toi, tu es là.

 

Que coule la rivière envahie de regrets,

Puisque Toi, tu es là.

 

Nous serons pour toujours les maîtres de la nuit,

Puisque Toi, tu es là.

 

 

 

 Martine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

         

 



13/02/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 152 autres membres