L'aube fleurie

L'aube fleurie

Un rayon de soleil vaut dix saisons de pluie

 arc-en-ciel 7.gif

 

 

Les mots sont impuissants à dire le soleil,

Quand ils viennent du cœur et qu’ils vont jusqu’au cœur,

Quand leurs rayons tremblants, qu’un sourire émerveille

Irradient le bonheur et assèchent les pleurs.

 

Que dire aussi des larmes et du chagrin d’aimer,

De l’attente impatiente, à l’appel du printemps,

Quand deux âmes désarment, emmêlées, dévoilées,

Et puis dansent, et puis chantent, en se riant du temps ?

 

Que dire des hiers aux légères blessures ?

Qu’importent les silences et les mots oubliés,

Quand cède la frontière, en un instant si pur,

De joie et d’insouciance, au parfum si léger !

 

"Un rayon de soleil vaut dix saisons de pluie",

Siffle un gai rossignol, en sont chant mélodieux ;

Une larme, un sourire, apaisent les non-dits,

Le miel d’une parole exauce tous les vœux.

 

Même si sa chanson n’est qu’un pâle reflet

De l’étrange lumière éclairant son chemin,

Aimons de Cupidon les flèches parfumées

Qui traversent l’éther jusqu’à nos clairs matins !

 

 

 Martine PV



23/02/2013
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres