L'aube fleurie

L'aube fleurie

Vous comprendre l'un l'autre

"Vous ne chantez que trop souvent Dieu, l'Infini, alors qu'en vérité vous n'entendez pas ce chant. Si seulement vous pouviez écouter le chant des oiseaux, et celui des feuilles qui tombent de leurs branches quand le vent vient à passer; et n'oubliez pas, mes amis, que ces feuilles ne chantent que lorsqu'elles se séparent de leurs branches.

 

De nouveau, je vous supplie de ne pas parler si librement de Dieu, qui est votre Tout, mais de vous parler et de vous comprendre l'un l'autre, de voisin à voisin et de dieu à dieu.

Car qui nourrira l'oisillon dans son nid, si la mère oiseau s'envole vers le ciel ? Et comment l'anémone dans les prés sera-t-elle comblée, sinon par l'abeille qui la fécondera d'une autre anémone ?

 

C'est seulement lorsque vous êtes perdus dans votre petit moi que vous recherchez le ciel que vous appelez Dieu. Si seulement vous pouviez trouver des chemins dans votre grand moi; et puissiez-vous être moins futiles et frayer les voies !

 

Mes marins et mes amis, il serait plus sage de moins parler de Dieu, que nous ne pouvons comprendre, et de parler davantage l'un de l'autre, qu'il nous est possible de comprendre. 

Cependant, je voudrais que vous sachiez que nous sommes le souffle et le parfum de Dieu. Nous sommes Dieu en feuille, en fleur et souvent en fruit."

 

Khalil Gibran



28/05/2015
2 22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres